Sabine Lecorre-Moore est une artiste franco-albertaine qui vit et travaille à Calgary. Originaire de France, elle est diplômée d’une école d’art décoratif de Bruxelles. Après son arrivée en Alberta en 1991, elle a travaillé pendant vingt ans sur des commandes artistiques pour des clients privés. Depuis 2010, elle se consacre à sa carrière artistique et participe souvent à des expositions de peinture solos et collectives. Elle est membre fondatrice du collectif Devenir, un groupe d’artistes franco-albertains reconnus.

En 2021, Mme Lecorre-Moore participe au 39e Symposium international d’art contemporain de Baie-Saint-Paul.

Sabine Lecorre-Moore

Présence des femmes

Commissaire : Sabine Lecorre-Moore


L’art des femmes m’intéresse en raison de la voix unique et sincère qu’il apporte sur la scène artistique. Les femmes ne font pas de détours, elles mettent toujours leur point de vue au premier plan, en gros plan. Que ce soit entre autres par la vision écoféministe de Laura St. Pierre ou encore par la reconnaissance de la cellule monoparentale comme famille à part entière dans l’œuvre de Michèle Mackasey, l’implication des femmes, leur vision sur le monde marque cette exposition.

Rassembler sept femmes en un seul lieu

Pour cette exposition, j’ai souhaité mettre en lumière chacune des œuvres tout en suscitant une conversation entre elles. Ainsi, en déambulant à travers les arbres sculpturaux de Patricia Lortie, on peut apercevoir une grande photo d’un site industriel, qui fait partie d’une installation de Laura St. Pierre. C’est alors qu’une nouvelle dimension apparaît dans notre esprit, une vision étonnante de la place de la nature dans notre vie. De même, les portraits photographiques de Marie-Hélène Comeau dialoguent avec les portraits peints de Michèle Mackasey. L’effet obtenu en allant d’une œuvre à l’autre nous amène à saisir la dimension identitaire qui s’ouvre à nous. Une autre œuvre, le triptyque acoustique d’Anne Brochu Lambert, entre en dialogue directement avec le spectateur lorsque celui-ci arrive à proximité, la trame sonore se faisant entendre grâce aux capteurs de mouvement cachés derrière la toile centrale. Pour conclure ce tour d’exposition, les collages de Virginie Hamel canonisent des femmes qui ont marqué l’histoire en les mettant en lumière. Enfin, toutes les œuvres de ces femmes sont captées et interprétées dans la représentation de José Thibeault, qui fait l’éloge de ces artistes engagées et des femmes en général.

La place des femmes dans l’art

Depuis longtemps, je suis passionnée par des artistes femmes et féministes comme Niki de Saint Phalle, Louise Bourgeois, Tracy Emin, Judy Chicago, ou encore Gertrude Guggenheim. Si l’on fait une recherche pour déterminer les principaux artistes visuels de notre époque, aucune d’elles n’apparaît sur la liste. Pourquoi l’art des femmes ne revêt-il pas la même importance que celui de leurs confrères masculins auprès de l’histoire? En rassemblant les pratiques artistiques de sept artistes du Nord et de l’Ouest canadiens, je souhaite entamer une conversation sur la place des artistes femmes sur la scène contemporaine, tant pour les prochaines générations d’artistes que pour leurs publics. Ainsi, je souhaite leur redonner toute la place qui leur revient.