Michèle Mackasey

Michèle Mackasey est née à Chibougamau, au nord du Québec, et a grandi dans le nord de l’Ontario. Elle vit maintenant à Saskatoon avec ses enfants de descendance Denesuline et garde une relation forte avec la communauté de Patuanak, où elle a été artiste en résidence de 2015 à 2018. Son travail a été présenté dans des établissements reconnus ainsi que dans le cadre d’expositions individuelles, notamment Face à nous, à la Mendel Art Gallery de Saskatoon, une exposition réalisée en duo avec Joe Fafard au Musée de la civilisation (Québec). En 2016, elle a participé au 34e Symposium international d’art contemporain de Baie-Saint-Paul (Québec). Récemment, ses créations ont également figuré à la liste des œuvres de l’exposition borderLINE: the 2020 Biennial of Contemporary Art, tenue au musée Remai Modern à Saskatoon, en Saskatchewan.

Face à nous

La tradition d’une famille comprenant deux parents est une notion imposée par la société occidentale et c’est cette notion d’intégralité ou de totalité que je souhaite comprendre et remettre en question. Chez nous, dans la culture canadienne et nord-américaine, on constate une certaine stigmatisation de la maternité monoparentale. Mon travail vise à fournir une autre narration visuelle et de créer une œuvre pour les mères monoparentales et leurs enfants, leur donnant ainsi l’occasion de voir leur vie représentée.

Un portrait rend traditionnellement honneur à l’individu représenté. Historiquement, un grand nombre de portraits individuels et familiaux dépeignent des familles royales ou des familles riches et influentes, conférant une certaine immortalité visuelle aux individus représentés. Les portraits de grande taille donnent un sentiment de grandiloquence réservé à la royauté ou à l’élite. Mon œuvre juxtapose les aspects de privilège à la réalité difficile de l’opprimé moderne, proposant un dialogue entre attitudes et valeurs au sein de notre société.

Les mères monoparentales et leurs enfants font l’objet de discriminations, et notre société se montre peu compréhensive face aux complexités et à l’ingéniosité que de nombreuses mères doivent affronter pour sauvegarder l’unité de leur famille. Lors d’entrevues avec ces femmes, j’ai réalisé que d’immenses différences les séparent sur le plan économique, social et culturel, ainsi qu’au point de vue des classes et du niveau d’éducation. Elles ont cependant un point en commun : leur ténacité et leur vigueur.

Afin de pouvoir rendre justice à ce projet, j’ai voulu représenter tous les types de familles monoparentales dirigées par une mère, issues d’une diversité de milieux. Au cours de mes recherches auprès de ces familles, j’ai vu des enfants sains et équilibrés qui, contrairement aux dires de certains experts, ne sont pas dépourvus et s’accommodent de leur situation marginale. Beaucoup de ces femmes et de ces enfants ont des facultés d’adaptation très fortes, ils sont tenaces et possèdent souvent de grandes qualités de leadership. L’empathie, entre autres, est une habileté que les enfants acquièrent grâce aux liens d’interdépendance qui les unissent dans leur chemin vers la réussite. C’est à ces familles que je veux rendre hommage.